Anti-spoil

LFL : L’ascension des légendes
22/01/2021

Avec ce titre, vous avez sans doute reconnu la phrase d’accroche de l’Open Tour 2018. C’était une des première grosse structuration de la scène française, si on n’oublie évidemment pas le Challenge France des années précédentes. Il faut reconnaître qu’avec l’OTF, nous avions un classement des équipes tout au long de l’année au fur et à mesure des lans. Il est vrai que cela a apporté son lot de problèmes techniques, mais aussi son lot de joie, jouer devant un public, subir la pression, voir les gens avec et contre qui l’on joue. C’était une ambiance exceptionnelle et une année qui nous aura fait vibrer. 

2019 était l’année de la première LFL, LDLC qui rafle tout avec une aisance déconcertante, des joueurs anciennement LEC qui sont là, de nombreux monstres qui veulent y passer, bref, tout un chemin à parcourir. Nous voici alors en 2020, avec l’arrivée de la Div 2 et la promesse de passage en LFL, qui elle-même permet d’accéder aux EUM afin de se montrer à toute l’Europe pour espérer avoir sa place parmi les plus grands. Nous voici enfin au moment où plusieurs de nos chers joueurs sont passés dans la cour des grands.

 

Skeanz

S’il avait déjà joué en LEC durant l’année 2020, il jouait aussi en partie dans l’équipe académique pour la LFL et il est impossible de penser à nos joueurs sans parler de ce monstre de la jungle. Révélé à l’époque par l’équipe GrosBill en 2016, alors accompagné de vétérans comme Krakmo et Fraid, pour ne citer qu’eux, il rayonne. Ce jeune jungler, exceptionnel sur Lee Sin et Nidalee, fait rapidement parler de lui sur la scène comme un talent mécanique brut qu’il faut forger. 

C’est d’abord en passant avec Samchaka puis par l’équipe LDLC qu’il montera petit à petit deviendra le diamant que l’on connaît aujourd’hui. Une année chez Solary lui apportera son lot de visibilité avec cette structure qui oscillait à l’époque entre équipe d’animateurs et de joueurs pro (coucou Trayton). Difficile de l’ignorer sur la scène, il se fera ensuite recruter par Vitality Academy (renommée par la suite Vitality.bee) qui permet au jeune joueur d’espérer une place en LEC. 

Ni une ni deux, le voici sur la scène européenne. Avec des débuts difficiles en prenant la place de Nji, il termina cependant le split avec des games exceptionnelles. On retrouva le Skeanz que l’on connaît. C’est un joueur qui a besoin d’être en confiance, et on l’a senti évoluer avec brio. Il termine 2020 dans l’équipe académique et les résultats ne sont pas ceux que l’on attendait de ce roster. Cependant, 2021 devrait être son année car le voici complètement officialisé dans le roster principal. Nous croisons tous les doigts pour qu’il continue sur sa lancée et qu’il atteigne les worlds !

 

Tynx

Connu pour être un jungler incroyable qui s’est notamment révélé sur la scène française (encore me direz-vous, coïncidence ? Je ne pense pas.). Il arrive dans notre contrée en 2018 sous les couleurs de GamersOrigin qui sortent d’une année 2017 exceptionnelle où ils trônaient sur la France d’une main de fer. Si 2018 fonctionne bien au niveau des lans françaises, c’est au niveau européen où cela fonctionne moins bien. Première année des EUM, l’équipe de Froggen et ses compères remporte l'événement. Malgré un résultat décevant, Tynx se fait remarquer et est élu MVP des EUM. Il fera encore parler de lui un peu plus tard.

L’année 2019 est peut-être celle qui aura été la moins marquante et visible à nos yeux, tout simplement parce qu’il passe une partie de l’année chez Movistar Riders et termine chez ROG du côté de la LFL. Dans les deux cas, les résultats ne sont pas fameux, 7è de la LVP et 4è de la LFL summer. Le joueur veut plus, le joueur VAUT plus.

2020 sera sa consécration chez LDLC OL ! Première équipe du spring split (GamersOrigin gagnera cependant les playoffs), il remporte cependant cette fois les European Masters. Le graal pour tout joueur évoluant en scène nationale. Tout le monde le remarque et attend beaucoup de choses de ce joueur. Il ne cache pas son souhait de vouloir gravir les échelons et le prouve. Si fin 2020 ne se termine pas en haut du classement au niveau de la scène française ni des EUM Summer, le joueur trouvera cependant chaussure à son pied et sera sur la scène du LEC du côté des SK Gaming pour 2021 !

 

Jezu

Jezu apparaît devant nos yeux début 2020 pour remplacer Neon suite à quelques soucis de ce dernier qui ne pourra être aligné avec les Misfits Premier, mais cela est trop proche de nous. Nous allons donc remonter un peu dans le passé pour voir d’où nous vient ce jeune joueur d’une vingtaine d’années.

Jezu fait ses premiers pas sur la scène française encore une fois durant l’OTF 2018 du côté de Omerix. La structure n’a certes pas les mêmes ambitions que GamersOrigin ou Vitality.bee pour ne citer qu’eux, mais cela lui permettra tout de même de découvrir le jeu en équipe compétitif. On le retrouve chez TrainHard en 2019 participant à l’Open Tour mais avec des résultats cependant très peu probants. Il faut faire ses armes sur cette scène si compétitive.

Mais voilà le moment tant attendu, sorti de nul part pour beaucoup. Jezu arrive sur les devants de la scène aux côtés de Doss sur la botlane. Il apprend beaucoup de ce vétéran et nous montre monts et merveilles. On le découvre au fur et à mesure des interviews, il devient plus confiant et plus à l’aise, cela se ressent aussi dans son jeu. D’un carry AD un peu timide, il se place d’abord extrêmement bien, puis joue de plus en plus avec les limites. Sa plus grande révélation sera avec le French Zoo lors du tournoi organisé par Riot à la mi-saison, il fut alors accompagné des joueurs les plus grands de la scène française… mais vous les connaissez déjà !

Son année 2020 se terminera avec brio en comptant une seconde place au segment de printemps (3e à la fin des playoffs), seconde aussi au summer (et encore une fois 3e après les playoffs). Il remporte la finale à Monaco, malgré des conditions surprenantes, l’équipe parviendra à créer la surprise. Après cela, impossible de passer à côté de ce jeune talent, on le retrouvera donc en 2021 chez SK Gaming en LEC !

 

Vetheo

June prodige de la scène française. 18 ans à peine à l’heure où nous parlons, il a bien moins d’expérience en équipe que ses pairs précédemment cité, mais tout autant de talent. Petit monstre de la midlane, c’est un tryharder né. Pour en savoir plus sur lui, n’hésitez pas à aller voir son excellente interview de la part de Krok.

On le voit apparaître sur la scène en 2020 directement du côté de LDLC OL en tant que midlaner pour la LFL. Il était auparavant chez TPAA, l’équipe académique de LDLC mais n'a pas attendu longtemps avant de rejoindre les grands. Il accompagne donc, tout au long de l’année, l’équipe qui avait tout détruit en 2020. Alors accompagné de joueurs d’expérience comme Yellowstar ou encore Tynx, il nous prouve qu’il fait partie des meilleurs midlaners de la ligue. On le retrouve sur énormément de picks différents, même si les carry midlaner sont bien plus au coeur de son jeu.

Un tel prodige ne pouvait rester longtemps chez nous, il part donc rejoindre le LEC, lui aussi, mais chez Misfits Gaming. C’est le plus jeune joueur de LFL qui rejoint le LEC et on lui souhaite de pouvoir accéder rapidement aux worlds. À minima, il aura au moins le temps de se forger dans les flammes de la scène européenne pour gagner en expérience et qui sait, peut-être un jour faire rayonner la France derrière lui ?

Hatchy 

Petite dernière mention pour Hatchy qui, même s’il n’est pas français, aura cependant officié durant tout 2020 en tant que coach des Misfist Premier pour finir par rejoindre le roster LEC en 2021. Une fois de plus, la scène française développe des talents et les exporte partout en Europe.

 

Après avoir lu cela, doutez-vous encore du niveau de la scène française ? On comprend beaucoup mieux pourquoi tous les joueurs de l’Europe veulent rejoindre la LFL. Ils espèrent tous le plus haut niveau compétitif possible afin de progresser et de rejoindre les rangs des meilleurs !

Gardoum

@GardoumLoL